Le pelletage: 8 erreurs à éviter

L’hiver est arrivé et qui dit hiver, dit pelletage. Environ un tiers des Canadiens[i] désignent l’action de pelleter comme responsable de leurs douleurs musculaires et articulaires. Pour pelleter en toute sécurité, voici 8 erreurs à éviter et quelques conseils pratiques pour vous aider.

Dame Nature nous surprend chaque année avec ses écarts de température et ses précipitations imprévisibles. Chaque hiver, il tombe en moyenne 210 cm de neige  entre octobre et mai à Montréal[ii] . Ce qui se traduit par 6300 kg de neige à dégager pour déneiger une entrée pour deux voitures de 30 mètres carrés[iii]. Si une pelletée de neige pèse en moyenne 5 kg[iv], c’est donc 1260 fois le même mouvement que vous devrez effectuer pour pelleter.

Voici une vidéo sur les #chirotrucs  pour « Pelleter sans se blesser » avec Daniel Melançon, porte-parole de l’ACQ.

Pour ne pas vous blesser, voici les 8 erreurs à éviter :

  1. Tourner seulement le haut de votre corps pour déposer la neige
  2. Pencher le dos en gardant les genoux droits pour soulever une pelletée
  3. Prendre de grosses pelletées difficiles à pousser ou soulever
  4. Lancer la neige au-dessus de votre épaule
  5. Utiliser une pelle de la mauvaise taille ou trop lourde
  6. Se dépêcher pour finir rapidement
  7. Attendre la fin de la tempête avant de pelleter pour éviter d’avoir à recommencer
  8. Négliger de s’échauffer avant de pelleter

Les bons outils

  • Choisissez une pelle légère avec un manche ergonomique courbé. Idéalement, votre pelle est en plastique ou en aluminium et de type pousse-neige. Son manche doit être suffisamment long pour que vous n’ayez pas à vous pencher pour travailler, mais ne doit pas dépasser vos épaules.

La bonne méthode

  • Poussez la neige au lieu de la soulever. Si vous devez absolument la lancer, soulevez seulement la quantité que vous pouvez transporter, et déplacez vos pieds dans la direction souhaitée.
  • Évitez les torsions et ne lancez jamais la neige plus haut que la hauteur de vos épaules ou par-dessus votre épaule. Les mouvements de flexion-extension et de rotation (torsion) causent une très grande tension sur les disques intervertébraux et les ligaments. Les entorses lombaires et les hernies discales peuvent survenir suite à ces mouvements.
  • Forcez avec vos cuisses et fessiers plutôt qu’avec votre dos. N’oubliez pas de plier les genoux, de toujours garder le dos bien droit et de tenir la pelle près de votre corps.
  • Pensez à bien respirer en faisant vos mouvements.

Les bons #chirotrucs

  • Idéalement, il est préférable de pelleter plusieurs fois en petites quantités plutôt que d’attendre que la neige s’accumule jusqu’à la fin d’une tempête.
  • Pour délier les articulations et activer la circulation sanguine, prenez entre 5 et 10 minutes pour vous échauffer avant de débuter. En guise de préparation, marchez sur place, montez et descendez les escaliers, faites des flexions latérales du tronc et des flexions du dos.

4 avantages au pelletage

Même si le pelletage peut occasionner des maux de dos, il peut aussi être  considéré comme une activité amusante et agréable :

  • C’est un exercice physique qui permettrait de brûler 180 à 266 calories par 30 minutes[v].
  • Les mouvements de pelletage bien exécutés renforcent les muscles des épaules, des bras, du dos, de la ceinture abdominale et des jambes.
  • Parfois après la neige, le soleil apparaît. C’est donc l’occasion de passer du temps à l’extérieur et de faire le plein de vitamine D. La lumière naturelle aurait également un effet bénéfique sur l’humeur.
  • De plus, c’est l’occasion de mettre la famille à contribution et de s’amuser avec les enfants à l’extérieur.

Les blessures

Chaque année, les chiropraticiens observent une recrudescence du nombre de consultations en clinique chiropratique à chaque grosse bordée de neige. Selon Dr Guillaume Corbin, chiropraticien et vice-président de l’Association des chiropraticiens du Québec, « Les patients que nous recevons en clinique après une tempête de neige se présentent principalement avec des douleurs au bas du dos, au cou et aux épaules. » Le risque de blessures est d’autant plus grand chez les patients ayant une condition préexistante qu’ils ont négligée de soigner.

Les kinésiologues peuvent aussi vous aider en vous suggérant des exercices appropriés à votre condition et à cette activité. Cela vous aidera ainsi à prévenir les blessures.

Vous ressentez de l’inconfort ou vous avez mal suite à votre séance de pelletage ?  N’ignorez pas une douleur qui persiste, elle pourrait devenir chronique. Le chiropraticien, de par sa formation de niveau doctoral et ses compétences pointues portant sur le système neuro-musculo-squelettique, est habileté à diagnostiquer, traiter et prévenir les blessures de cette nature résultant d’un effort physique d’une intensité trop élevée ou effectué mal positionné comme le pelletage.

Références

Association des chiropraticiens du Québec

Blogue Association des chiropraticiens du Québec

Blogue Association des chiropraticiens du Québec

[i] Rapport All pain, no gain Association chiropratique canadienne

[ii]L’hiver québécois en faits et chiffres

[iii] https://www.journaldemontreal.com/2014/03/11/des-tonnes-de-neige-pelletees Consulté le 28 novembre 2017

[iv] https://www.cchst.ca/oshanswers/ergonomics/snow_shovelling.html Consulté le 28 novembre 2017

[v] Harvard Health publishing

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *